Totnes, les pionniers de la transition

En Europe, en Amérique ou même en Asie, les territoires dits « en transition » fleurissent depuis quelques années. Hérauts d’une réflexion sur la fin du pétrole, certaines communes ont initié un mouvement pionnier, à l’origine d’une multitude d’actions collectives.

Parmi elles, Totnes. Cette charmante ville du Devon, au sud-ouest de l’Angleterre, était déjà connue pour abriter une population néo-hippie, nourrie aux idées alternatives.  Avec ses quelques 8 000 habitants – dotés d’un important pouvoir d’achat –, elle s’est avérée un terrain d’expérimentation tout trouvé pour le père de la Transition, Rob Hopkins, professeur de permaculture – une méthode respectueuse de la nature et de l’homme. Pour lui, il s’agit de faire face à un double enjeu : le changement climatique et la fin prochaine du pétrole bon marché. Une résolution : anticiper cette inéluctable évolution, sans attendre une quelconque action des gouvernements, mais – autant que possible – en collaboration avec les autorités locales. Il ne s’agit pas de vivre en autarcie, mais de permettre à chacun de se préparer à des lendemains moins chantants – c’est l’idée-force de la résilience, ou la capacité à s’adapter à un bouleversement majeur.

Initiative citoyenne et apolitique, elle s’est largement répandue dans le monde (on compte au moins 400 villes en transition aujourd’hui). Car à force de séminaires et de conférences, les convertis de la première heure ont fait de nouveaux adeptes. 

Outre Totnes, ce film s’intéresse ainsi à l’expérience de transition menée au cœur même de la capitale britannique, dans le quartier de Brixton. 

 

Détails

  • Réalisation: Anne-Claire Prefol
  • Année de production: 2012
  • Durée: 13'
  • 1er Diffuseur: ARTE
  • Festivals & Prix